`Engastremithe', from the Encylopédie

ENGASTREMITHE, ENGASTRIMYTHUS ou ENGASTRIMANDE, s.m. engastrimythos, personne qui parle sans ouvrir la bouche ou sans desserrer les lèvres; de manière que le son de la parole resemble retentir dans le ventre et en sortir. 

Le nom d'engastremithe est composé du grec en, dans, gaster, ventre, et mythos, parole. Les Latins disent par la même raison, ventriloquus, quasi ex ventre loquens. Voyez VENTRILOQUES

Les philosophes anciens sont fort divisés sur le sujet des engastremithes; Hippocrate parle de leur état comme d'une maladie. D'autres prétendent que c'est une espece de divination, et en donnent l'origine et la premiere invention un certain Euriclus dont personne n'a jamais rien sû; d'autres l'attribuent l'opération ou la possession d'un esprit malin, et d'autres l'art et au méchanisme. 

Les plus fameux engastremithes ont été les pythies ou les prêtresses d'Apollon, qui rendoient les oracles de l'intérieur de leur poitrine, sans proférer une parole, sans remuer la bouche ou les levres. Voyez PYTHIE. 

S. Chrysostome et Oecumenius font expressement mention de certains hommes divins que les Grecs appelloient engastrimandi, dont les ventres prophétiques rendoient les oracles. Voyez ORACLE. 

 M. Scott, bibliothécaire du roi de Prusse, soutient dans une dissertation qu'il a fait sur l'apothéose d'Homere, que les engastremithes des anciens n'étoient autre chose que des poètes, qui, lorsque les prêtresses ne pouvoient parler en vers, suppléoient leur defaut, en expliquant ou rendant en vers ce qu'Apollon disoit dans la cavité du baffin qui étoit placé sur le sacré trépié. Voyez TRÉPIÉ. 

 Léon Allatius a fait un traité exprès sur les engastremithes, qui a pour titre de engastremitis syntagma. Dictionn. de Trévoux et Chambers

Il est très-vraisemblable que les prétendus ventriloques n'étoient que des fourbes; parce que le méchanisme de la voix ne comporte pas que l'on puisse prononcer des paroles, sans que l'air qui est modifié pour en produire le son, sorte par la bouche et par le nez, surtout par la premiere de ces deux voies; d'ailleurs en supposant même qu'il ait moyen de parler, en retirant l'air dans les poumons, le son retentiroient dans la poitrine et non pas dans le ventre; ainsi ceux qui produiroient cette voix artificieuse, seroient improprement nommés ventriloques, parce qu'ils ne pourroient jamais se faire qu'ils parussent parler du ventre. Voyez VOIX. 

 On pourroit donner le nom d'engastremithe ou ventriloque aux enfans, que quelques auteurs prétendent avoir fait des cris dans le ventre de leurs meres. On trouve parmi les observations sur la Physique générale (Vol II) un extrait du journal des savans (répub. des Lettres, Août, 1686, tom VII) dans lequel on atteste un fait de cette espece, et on ajoûte que quelque extraordinaire que soit ce phénomène, on en lit plusieurs exemples dans le livre intitulé Medicina septentrionalis collatitia

 Mais ces prétendus faits sont-ils croyables, dès que l'on est bien assuré que l'enfant ne respire point, que ne peut respirer dans la matrice, où il est toujours plongé dans l'eau de l'amnios, sans autre air que celui qui est résolu en ses élemens dans la substance du fluide aqueux, qui n'a par conséquent aucune des propriétés nécessaire pour produire des sons? Si la chose dont il s'agit est jamais arrivée, ce ne peut être qu'après l'écoulement de cette eau et la communication établi de l'intérieur des membranes avec l'atmosphere, de maniere que l'air ait pû pénétrer en masse jusque dans les poumons de l'enfant, et le faire respirer avant qu'il soit sorti de la matrice: mais, dans ce cas, il faut qu'il en sorte bien-tôt pour survivre, autrement les membranes flotantes venant s'appliquer sa bouche, et son nez, pourroient le suffoquer avant qu'il fût sorti de la ventre [sic?] de sa mere. Voyez RESPIRATION, FOETUS, (d). 

Denis Diderot and Jacques d'Alembert, Encylopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Tom. 5 (Paris: Briasson, David, Le Breton, Durand, 1755). 
 

 

Compiled by Steven Connor. as part of The Dumbstruck Archive, a continuing, online supplement to Dumbstruck: A Cultural History of Ventriloquism (Oxford: Oxford University Press, 2000).